Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /

Lorsque Fayard publie mon 2ème roman, L’amour libre, sous la direction de feu Raphaël Sorin (l’éditeur entre autres de Michel Houellebecq), Patrick Poivre d’Arvor m’invite dans son émission littéraire. Le lendemain, j’appelle mon attaché de presse pour lui demander de ne pas donner mon numéro de téléphone à Poivre. Deux jours tard, mon portable sonne. Je suis au Flore. Je décroche. C’est Poivre qui désire m’inviter à déjeuner ou à dîner.

 

— Merci, c'est adorable, mais certainement pas, je lui réponds, vous avez une trop mauvaise réputation, de draguer tout ce qui bouge, il est hors de question que l’on me voie seule dans un restaurant avec vous.

— Comment ça, j’ai mauvaise réputation ? se défend-il.

— Écoutez, c’est très agréable d’être interviewée par vous, vous faites bien votre métier, on sent que vous aimez les écrivains, mais je ne suis pas le nouvel auteur que tous les journalistes parisiens vont sauter et se refiler.

— Je peux vous poser une question Sylvie ?

— Bien sûr Patrick.

— Sincèrement, comment me voyez-vous ?

— Moi ? Je ne vous vois pas.

— C’est impossible, la France entière me regarde au journal de 20 heures.

— Je n’ai pas la télé, et même si je l’avais, je ne regarderais jamais les infos et encore moins une émission, l’idée que des gens que je ne connais pas et qui ne m’ont pas été présenté parlent entre eux dans mon salon sans que je puisse leur répondre, est un concept inconcevable pour moi.

 

Patrick rigole, soulagé que je ne sois pas une groupie. Comme si je lui enlevais une épine du pied. Comme si je l’obligeais à sortir de son registre qu’il connaît par cœur. Comme s’il allait enfin pouvoir jouer avec une femme qu’il faudrait séduire avant d’obtenir un rendez-vous. Ravi d’être confronté à de la difficulté, il devient charmant et me parle de mon livre, de mon aisance à m’exprimer, de ma faculté à être drôle, étonnante, différente, tellement différente. Il est persuadé que j’ai le talent de devenir un grand écrivain. Nous parlons littérature et de nos auteurs préférés.

 

Au bout d’une heure, il revient à la charge pour ce fameux déjeuner ou dîner.

 

— Vous savez quoi, Patrick, je lui réponds, vous qui aimez accumuler les aventures sexuelles, vous devriez essayer la fusion amoureuse, c’est ce que je vis avec mon fiancé que je viens juste de rencontrer, ça touche au divin, chaque souffle, chaque mot, chaque inspiration, caresse nos âmes, nous pouvons jouir rien qu’en nous regardant.

 

Je m’amuse à développer histoire qu’il se souvienne de moi, puis je raccroche en lui demandant de ne pas me rappeler, que nous aurons sûrement l’occasion de nous revoir, mais en groupe.

 

Six mois plus tard, mon futur mari que je connais depuis à peine un an est président du jury d’un festival de littérature et de cinéma à Monaco. Nous sommes à l’Hôtel l’Ermitage, au dîner d’ouverture, quand soudain je vois mon Patrick Poivre d’Arvor foncer sur moi. Dans sa tête, je lis qu’il se demande pourquoi il n’a pas réussi à me sauter.

 

— Bonjour Sylvie, dit-il en m’embrassant.

— Bonjour Patrick, je réponds en souriant.

 

Puis il se tourne vers Philippe et lui demande :

 

— C’est vous la fusion amoureuse ?

 

J’éclate de rire.

 

— Bravo Patrick, là, vous m'épatez, vous savez quoi, nous allons devenir amis.

 

 

L'écrivain Sylvie Bourgeois Harel et Patrick Poivre d'Arvor
Partager cette page
Repost0

Présentation

  • : Sylvie Bourgeois fait son blog
  • : Sylvie Bourgeois Harel, écrivain, novelliste, scénariste, romancière Extrait de mes romans, nouvelles et articles sur mes coups de cœur
  • Contact

Profil

  • Sylvie Bourgeois Harel
  • écrivain, scénariste, novelliste
  • écrivain, scénariste, novelliste

Texte Libre

Recherche

Archives

Pages

Liens