Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /
Semmelweiss - Roman de Louis Ferdinand Céline

La vie et l'oeuvre d'Ignace Semmelweiss par l'écrivain et médecin français Louis-Ferdinand Céline, né Destouches, le 27 ami 1894 à Courbevoie, mort le juillet 1961 à Meudon. Ce court texte d'une centaine de pages, qui était la thèse de médecine soutenue en mémoire de Céline qu'il a fait publier en 1936 après le succès de ses deux premiers romans, Voyage au bout de la nuit et Mort à crédit, retrace le drame du médecin hongrois Semmelweiss, né en 1818, mort en 1865, qui a découvert l'existence des microbes cinquante ans avant Pasteur. Un essai surprenant sur la volonté de Semmelweiss d'imposer des mesures d'hygiène aux médecins et grands scientifiques de l'époque, pour sauver des vies, et sur le rejet médical, réuni en comité de sages et grands docteurs, dont il fut la victime.

Toute sa vie, Semmelweiss s'est battu pour être écouté. Son tort ? Demander aux médecins de l'hôpital de se laver les mains avant de pratiquer des accouchements ! En effet, tout jeune diplômé de la faculté de médecine, Semmelweiss avait remarqué qu'un nombre effrayant de femmes qui accouchaient à l'hôpital mourraient en couches tandis que parmi celles qui accouchaient la clinique, très peu décédaient. Obsédé par cette constatation, le jeune Semmelweiss a voulu comprendre pourquoi et a commencé son enquête jusqu'à découvrir que les médecins de l'hôpital pratiquaient des dissections avant d'effectuer les accouchements. Les femmes en parturiente souffraient immédiatement de fièvre puerpérale et mourraient. Semmelweiss préconisa alors l'antisepsie et le lavage des mains. Mais les cliniciens s'offusquèrent qu'un jeune toubib ait l'outrecuidance d'oser leur demander de se laver les mains alors qu'ils étaient les grands manitous de l'hôpital, qu'ils avaient plus d'expérience, plus de savoir, plus de notoriété, que lui. Ils refusèrent catégoriquement. Et n'eurent de cesse de condamner, diffamer, se moquer, et nuire à ce pauvre Semmelweiss, qui maintenait sa position d'être persuadé que sa découverte pouvait sauver des vies, jusqu'à le faire interner dans une institution pour fous où il mourra à l'âge de 47 ans.

Dans ce chef d'oeuvre, Céline lui rend enfin justice et hommage, et décrit un monde médical prétentieux, imbus, où la bêtise et l'orgueil étouffent lâchement le génie.

Quelques extraits :

"Rien n'est gratuit en ce bas monde. Tout s'expie, le bien comme le mal, se paie tôt ou tard. Le bien, c'est beaucoup plus cher forcément."

"Le destin m'a choisi pour être le missionnaire de la vérité quant aux mesures qu'on doit prendre pour éviter et combattre le fléau puerpéral. j'ai cessé depuis longtemps de répondre aux attaques dont je suis constamment l'objet; l'ordre des choses doit prouver à mes adversaires que j'avais entièrement raison sans qu'il soit nécessaire que je participe aux polémiques qui ne peuvent désormais servir en rien le progrès de la vérité."

"Et c'est vers la fin de ces deux années passées dans la chirurgie qu'il écrivit, avec cette pointe de hargne par laquelle se caractérise déjà sa plume impatiente : Tout ce qui se fait ici me paraît bien inutile, les décès se succèdent avec simplicité. On continue à opérer, cependant, sans chercher à savoir pourquoi tel malade succombe plutôt qu'un autre dans des cas identiques. Et parcourant ces lignes ont peut dire que c'est fait. Que son panthéisme est enterré. Qu'il entre en révolte, qu'il est sur le chemin de la lumière. Rien désormais ne l'arrêtera plus. Il ne sait pas encore par quel côté il va entreprendre une réforme grandiose de cette chirurgie maudite, mais il est l'homme de cette mission, il le sent, et le plus fort est qu'un peu plus, c'était vrai. Après un brillant concours, il est nommé Maître en chirurgie le 26 novembre 1846."

"L'intelligence collective est un effort surhumain."

"Une personnalité s'écartèle aussi cruellement qu'un corps quand la folie tourne la roue de son supplice."

"Mais ainsi, forcer son rêve à toutes les promiscuités, c'est vivre dans un monde de découvertes, c'est voir dans la nuit, c'est peut-être forcer à entrer dans son rêve."

Entretien en 1959 avec Céline :

- Pourquoi vouliez-vous être médecin ?

- Ah bah, simplement, j'avais la vocation.

- Par respect de la vie humaine ? Par pitié pour les hommes ?

- Non, pour faire quelque chose de médical, ça me faisait plaisir. Ça m'a fait longtemps plaisir. J'ai pratiqué la médecine bien trente-cinq maintenant. Et il me faisait plaisir de soigner une varicocèle, de m'amuser avec une rougeole, je trouvais ça très bien. J'étais soigneur de tempérament, n'est-ce pas. je le suis.(...) L'ambition de ma mère, c'était de faire de moi un acheteur des grands magasins, il n'y avait pas plus haut dans son esprit.

- Qu'est-ce qui vous a fait penser à être médecin ?

- Ah, l'admiration que j'avais pour la médecine. De voir des médecins, je trouvais ça épatant.

- Est-ce la souffrance de l'homme ou la maladie en elle-même qui vous intéresse ?

- Ah non, la souffrance de l'homme. Je me dis, s'il souffre, il va être encore plus méchant que d'habitude. Et il va se venger, et ce n'est pas la peine. Qu'il aille mieux, voilà, quoi.

Partager cette page

Repost0

Présentation

  • : Sylvie Bourgeois fait son blog
  • : Sylvie Bourgeois Harel, écrivain, novelliste, scénariste, romancière Extrait de mes romans, nouvelles et articles sur mes coups de cœur
  • Contact

Profil

  • Sylvie Bourgeois Harel
  • écrivain, scénariste, novelliste
  • écrivain, scénariste, novelliste

Texte Libre

Recherche

Archives

Pages

Liens